Regards croisés sur l’éducation n°3 : mes remarques constructives pour un meilleur système


 

education

 

Mon voeu le plus cher est que la formation de professeur des écoles soit véritablement professionnelle.

J’entends par là apprendre aux professeurs en devenir à se comporter et communiquer en classe, en cour de récréation, avec les différents intervenants d’une école et avec les parents.

Quand les profs pourront-ils enfin bénéficier d’une réelle formation en communication? Je ne parle pas d’un module de sensibilisation expédié en deux séances. J’ai en tête un véritable cursus animé par des professionnels de la com (comédiens, conteurs, auteurs, consultants, formateurs de BAFA etc.) ainsi que des enseignants de terrain TRES expérimentés.

=> A l’heure des nouvelles technologies de l’information, il serait pertinent d’utiliser de nouveaux outils pour aider le professeur stagiaire à mieux percevoir sa façon de communiquer et ainsi progresser grâce à ce retour sur lui-même. Je pense notamment aux enregistrements audio/vidéo numériques de séances en classe qu’on pourrait commenter a postériori.

=> Autre point plus général : quand l’école formera-t-elle à la gestion du temps? Le travail de professeur est une activité chronophage. Elle empiète à l’envi sur la vie privée s’il le professeur ne se fixe pas de cadre.
Il faut aider les apprentis-professeurs à programmer, planifier, orchestrer leurs journées, semaines, trimestres, années voire vacances!

=> Les formateurs doivent accompagner les stagiaires à s’organiser dans le temps mais aussi dans l’espace. Il faut submerger les apprentis-enseignants de conseils, pratiques et astuces méthodologiques.

=> Je ne comprends pas les raisons pour lesquelles le personnel formateur reste très souvent allusif alors que les stagiaires ont besoin de voir du concret! On m’a souvent montré par exemple des modèles de fiches de préparation de cours. Des modèles certes mais des modèles vierges!!!
J’aurais nettement préféré voir des exemplaires remplis et annotés tels qu’on l’exige d’un stagiaire.

=> Pour devenir de véritables professionnels, les stagiaires ont besoin de maîtres formateurs qui soient des piliers-tuteurs et non de simples moralisateurs (vous verriez mes comptes-rendus d’inspection, ils sont affligeants et désespérants!).

=> Il faut apprendre les véritables ficelles du métier. Enseigner ce n’est pas transmettre des savoir mais les faire émerger. Il faut entre autres pour cela créer une atmosphère propice à la découverte et tenir compte des différents rythmes d’apprentissage des élèves. Enfin l’enseignant est en permanence en représentation.

Il doit donc apprendre à capter l’attention, à dialoguer avec élèves, parents, employés de vie
scolaire, personnel de cantine, femmes de ménage, personnel de maintenance des équipements et tout intervenant impliqué dans la vie de l’école.

=> Il serait bien vu que les formateurs s’intéressent au parcours des stagiaires avant/pendant/après la formation de professeur. Il faut chercher à comprendre qui est le stagiaire, d’où il vient et ce qu’il recherche.

=> Restons optimistes! Elections 2012 : plutôt que chercher à embaucher plus de professeurs essayons de mieux les former. Investissons dans l’avenir de la jeunesse. Ne gaspillons pas. Ne reproduisons pas les mêmes erreurs!

Recrutons plus d’enseignants peut-être mais pas énormément plus!
Investissons en revanche massivement dans une formation hyper professionnalisante des profs!

Ce sera mon mot de la fin au sujet de l’éducation.

A suivre sur nelissage : Salauds de pauvres!

Vous pouvez écrire un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site.

Un commentaire to “Regards croisés sur l’éducation n°3 : mes remarques constructives pour un meilleur système”

  1. Cécile dit :

    PE depuis plus de 10 ans, je comprends très bien tout ce que tu veux dire. J ai été comme toi jetée dans la fosse aux lions, sans formation véritable alors que j avais fait 2 ans d IUFM. Ben oui, on apprend sur te tas, comme on peut, avec quantités de bouquins.
    Mais notre métier ne peut s apprendre en quelques modules dispensés en cours limite magistraux. Ah le temps de l école normale! On prenait même le temps d apprendre aux stagiaires à écrire comme des maîtres/maîtresses…
    Le problème maintenant réside dans le temps de formation il faudrait au moins 5 ans d IUFM pour nous apprendre à être de vrais enseignants polyvalents (âge et matières)

Ecrire un commentaire