Lissage brésilien : méconnu ou mésestimé à tort!


Se faire lisser les cheveux à la brésilienne n’est pas en soi  une décision difficile à prendre : en effet elle est complètement réversible. Au bout de 3-4 mois on retrouve sa chevelure à l’état laissé avant le soin lissant.

Quels sont donc les freins à l’engouement pour cette méthode capillaire?
Pourquoi autant de scepticisme voire de méconnaissance?

Frein numéro 1 : le coût.
En salon,  le soin varie entre 100 et 500 € selon la longueur et l’épaisseur des cheveux.
Il faut faire établir un devis en salon afin de savoir à quoi s’en tenir.
Toujours demander ce qu’inclut le forfait (suivi, lissage, coupe, simple mise en forme, échantillons de produits type shampooing sans sulfate de sodium, aide au coiffage etc.)
Entre deux prestataires, ne pas hésiter à demander ce qui justifie un écart de devis (qualité du produit lissant difficile à importer par exemple).

Il existe des kits à usage non-professionnel. Je n’en ai pas encore utilisés. Les coûts sont très variables. J’ai repéré début septembre 2010 une forte promo pour la gamme nyloa (envrion 47 € le kit).

Je cite cette marque car elle a mis en ligne des questions/réponses que je trouve assez bien agencées et rédigées.  J’apprécie la démarche consistant à éclairer la cliente potentielle au lieu de vouloir vendre à tout prix avec des indications très vagues. Je n’approuve pas tous les éléments de réponses pour autant mais je trouve ça bien fait. Vivement que cet état d’esprit se propage sur le marché du lissage!
Ailleurs, on peut trouver des kits à 56, 80 voire 135€. Tout est relatif donc.

Appliquer un kit soi-même est un leurre : toujours demander l’aide d’une proche (pour lisser les mèches d’accès difficile par exemple). De plus, le lissage brésilien exige un protocole à suivre à la lettre ainsi que d’être bien équipé et appareillé.

Pour débuter, je recommande de s’adresser à un professionnel. C’est un investissement, certes, mais le résultat est garanti (il a les bons produits, les bons outils, les bonnes pratiques, le geste sûr et la maîtrise du protocole)

Freins abordés dans de prochains posts :

- Le formol

- La pénurie de spécialistes du lissage brésilien dans les pays francophones

Vous pouvez écrire un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site.

Ecrire un commentaire